FSU Territoire de Belfort
{id_article}

MANIFESTATION DU SAMEDI 23 OCTOBRE

samedi 23 octobre 2010 par fatima

Que ce soit dans les discours, les paroles ou les banderoles, nous ne voyons autour de nous que détermination ! La loi est passé au Sénat en force mais nous ne baisserons pas les bras. Des actions sont prévus tous les jours de cette semaine et une nouvelle grève et manifestation est prévue pour jeudi 28 octobre

La rue s’exprime :

La prise de parole FSU pour l’intersyndicale

Après 8 journées de mobilisation rassemblant jusqu’à 3,5 millions de salariés, nous entrons dans une nouvelle phase de ce rapport de force.

Lors des précédentes manifestations, nous, salariés du public comme du privé, mais aussi chômeurs, jeunes, retraités sommes venus exprimer massivement le rejet du projet de réforme des retraites.

En étant passé en force par la procédure de vote bloqué hier soir au Sénat, en refusant tout dialogue social avec les organisations syndicales, le gouvernement crée une situation de crise sociale sans précédent. Pire, le gouvernement joue la carte de la répression du mouvement social : depuis le 12 octobre, 2257 interpellations dont 1677 gardes à vue.
Hier, le tribunal administratif de Melun a estimé que l’arrêté préfectoral concernant la raffinerie de Grandpuits en Seine-et –Marne était je cite : « une atteinte grave et illégale au droit de grève ». 3 camarades de la CGT ont été blessés lors de l’évacuation forcée du blocus par les CRS.

Le gouvernement a perdu la bataille de l’opinion :
selon un sondage Ifop à paraître demain dans Dimanche Ouest-France, 63% des français soutiennent le mouvement.

L’attitude du gouvernement montre du mépris envers des millions de français et de françaises.

La situation des femmes est en effet particulièrement grave. Plus de 50% d’entre elles perçoivent une retraites inférieure à 900 euros. Les reports de l’âge légal à 62 ans ainsi que celui de l’âge de départ sans décote à 67 ans vont aggraver ces inégalités et risquent de faire basculer et s’enfoncer bon nombre de femmes dans la précarité.

Une fois de plus, les femmes vont payer le prix fort de cette contre-réforme.

Or les françaises et les français réclament des réponses justes et équitables en matière de retraites mais aussi d’emploi et de pouvoir d’achat.

Le gouvernement doit entendre ce refus massif ; il doit retirer son projet et ouvrir des négociations avec les organisations syndicales pour une autre réforme des retraites juste et solidaire.

L’intersyndicale appelle tous les travailleurs, dans les entreprises et les services publics, à se rassembler en Assemblée générale dans leur entreprise pour prolonger sous toutes ses formes ce mouvement.

Par ailleurs, les organisations syndicales étudiantes et lycéennes appellent à une mobilisation nationale mardi prochain, 26 octobre.

A la question des caisses de solidarité, nous ne nous opposons pas à leur constitution et les encourageons même, mais nous tenons à affirmer que l’acte premier de solidarité avec les grévistes de tous les secteurs est de se mettre à son tour en grève.
Le mouvement doit maintenant passer le pas / la marche de la grève massive pour le retrait de cette réforme.
L’intersyndicale appelle d’ores et déjà l’ensemble de la population à une nouvelle manifestation jeudi 28 octobre à 10.00 à la Maison du peuple.

Nous salariés du public et du privé, jeunes, retraités, précaires, chômeurs notre voix doit être entendue : nous sommes le peuple ! Ensemble, depuis juin dernier, aujourd’hui et demain, nous disons NON au Déni de démocratie, NON à la Répression et à la criminalisation du mouvement social.
Nous disons NON à cette réforme injuste, brutale et inefficace.










RSS fr | Contact | Plan du site | Espace privé | Spip + Alternatives